ArtPortraitsSoudanUneslider

Ibrahim El Salahi, artiste (Soudan)

Il est difficile de ne pas tomber amoureux du très serein El Salahi, parrain du modernisme africain. Il a créé un grand travail en cinq décennies, a eu autant de chapitres de sa pratique que Picasso et a généré sa propre histoire de l’art personnelle. Il y a une histoire selon laquelle, lorsqu’il travaillait comme ministre soudanais de la Culture dans les années 70, il a été emprisonné pendant six mois, accusé par la dictature militaire d’activités antigouvernementales.

En prison, il a demandé au garde du papier et des crayons. Le garde a ri: « Tu n’es pas à New York maintenant! » Salahi a réussi à mendier et à voler des outils pour peindre et dessiner, sous la menace d’être battu ou pire. Son travail aide à voir pourquoi quelqu’un pourrait être poussé à prendre de tels risques.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer